Katherine Toner-Muzey

Le bilinguisme : un avantage à tous les points de vue

Connaître une seconde langue est avantageux lorsqu’on veut communiquer en secret. C’est du moins ce que Katherine se disait lorsqu’elle a commencé à apprendre le français. Pendant son enfance, ses sœurs et elle communiquaient dans cette langue lorsqu’elles ne voulaient pas que certaines personnes les comprennent... Aujourd’hui, bien sûr, elle sait que parler l'anglais et le français comporte beaucoup d'autres avantages.

Katherine a grandi à Grand-Sault avec ses quatre sœurs. Pour ses parents, tous deux anglophones, il était important que leurs filles apprennent le français. Les cinq sœurs ont donc suivi le programme d’immersion française jusqu’à la 12e année. Maintenant, elles sont parfaitement bilingues.

« Peu importe qui je rencontre au Nouveau-Brunswick, que ce soit des francophones ou des anglophones, je suis capable de communiquer avec eux », explique Katherine. Selon elle, la pratique constitue la clé du succès : « Je parle en français dès que l’occasion se présente afin de m’améliorer. C’est ce que j’ai toujours fait. »

Le fait de pouvoir parler les deux langues a aidé Katherine à atteindre ses objectifs de carrière. En effet, les facultés de droit des universités n’acceptent qu’un nombre limité de demandeurs. Comme elle était bilingue, Katherine avait plus de chances d’être acceptée, car elle pouvait soumettre des demandes autant dans les universités francophones qu’anglophones. En fin de compte, l’Université de Moncton a accepté sa demande. « Je n'aurais peut-être pas pu étudier le droit si je n’avais pas été bilingue », confie-t-elle.

Aujourd’hui avocate, Katherine utilise les deux langues à la cour. Selon elle, le fait d’être bilingue rend son travail beaucoup plus simple et rapide : « En cour, je n’ai pas besoin d’interprète et je n’ai pas besoin d'attendre que les documents juridiques soient traduits pour les comprendre. Il s’agit décidément d’un avantage. »

« Si vous vivez au Nouveau-Brunswick et que vous ne faites pas un effort pour apprendre l’autre langue, vous ne faites que vous nuire à vous-même, affirme-t-elle. Le fait d’être bilingue constitue un avantage à tous les points de vue. Lorsque j’étudiais à l’université, j’obtenais toujours les meilleurs emplois d’été et je recevais un plus gros salaire. Je ne crois pas que je ferais partie de ce cabinet d’avocats si je ne parlais pas les deux langues. Le bilinguisme vous ouvre des portes! Est-il besoin d’en dire plus? »